Au cas où

bois, draps de coton, 1059 centimes, zinc, acier
70x83x02 cm, 2015

Les gitanes épargnaient les économies de la famille dans les ourlets de leurs jupes. La monnaie lestait leurs pas.
Des soldats dissimulaient dans les doublures de leurs manteaux leur maigre pécule, au cas où…
Ces usages se retrouvent dans beaucoup de cultures et tiennent de la tactique quotidienne, ruse en réponse aux aléas du déplacement, dans ce qu’il offre d’imprévisible et de potentiel.
Le manteau drape, protège et s’enroule autour de celui qui le porte, devient son habit habité, sa peau pour le dehors, son viatique.
Sous la forme d’un crowdfunding de la main à main, j’ai collecté des centimes d’euros – rebut monétaire non sans valeur – auprès de personnes improvisées mécènes.
J’ai fabriqué une boîte, objet de transition, pour soutenir cette collecte.
Les pièces, cousues entre deux épaisseurs de tissus se dissimulent au regard et donnent à l’habit des airs de chasuble ou d’armure. On imagine une marche alourdie, le poids des possibles.

 

Vues de l’exposition Donner Formes, Regionale 18, CEAAC, Strasbourg