Fortunes

techniques mixtes, dimensions variables, 2016

C’est l’acte de le nommer – grigri, porte-bonheur, amulette ou fétiche – qui donne à l’objet un pouvoir, taillé sur mesure, à échelle individuelle.
Sa fonction ainsi fabriquée échappe à l’utile, au nécessaire.
Dans cet objet, on aménage un espace de liberté, celle d’être le seul à y croire.
Par là, il protège, porte chance, renforce, éloignerait les maux, et tout ça de manière hypothétique.
Fortunes produit une image horizontale et publique d’usages confidentiels, internes mais collectifs.
Elle questionne les superstitions, les rapports de valeurs entre objet et croyance et ses constructions variées.

 

Vues de l’exposition collective Sols, murs, fêlures. Regionale 18, La Kunsthalle, Mulhouse, 2017-18
commissaire: Isabelle Henrion
Photographie ©Sébastien Bozon
Extrait d’entretiens, à propos de grigris, dans le cadre du projet Fortunes
Diaporama présenté lors de Public Pool #3, Les objets ont la parole, mars 2017
colloque-laboratoire, sur une proposition de Jean-Christophe Arcos, Marianne Derrien,
Lucie Orbie, et Leïla Simon pour C-E-A, à l’invitation de Keren Detton.
FRAC Nord, Dunkerque.